Giger au Lieu Unique #lvan2017

« L’espace d’exposition est vide quand on y pénètre. Vaste périmètre nu surmonté de structures métalliques, l’endroit sobrement éclairé offre à voir un étrange mobilier, des sculptures menaçantes et un ensemble de cimaises rassemblées en cercle. Gravures, croquis, études, toiles réalisées à l’acrylique ou à l’aérosol y attendent. Malsaines, tragiques, solennelles, elles dévoilent à qui les approche leurs suites de phallus menaçants, de figures féminines sanctifiées ou dévastées, de créatures abjectes et hurlantes, d’entrelacs d’organismes et de machineries gris fusil… Pas un bruit autour. Pourtant, ce périmètre tout entier paraît hurler. » (Le Temps)

 

 

«Avant Alien, Giger est largement collectionné, explique l’historien et curateur suisse Patrick Gyger, directeur du LU. Après son Oscar en 1980, le monde de l’art refuse soudain de le voir comme un créateur «sérieux». Une injustice quand on comprend qu’il compte parmi ceux qui ont le mieux senti et restitué les tensions du siècle passé.» Et l’événement nantais d’offrir le panorama soigné d’une œuvre mutante traversée de visions spéculatives terrorisantes. »

Dès les années 70, l’ancien étudiant en architecture participe à l’adaptation cinématographique avortée du Dune d’Alejandro Jodorowsky, multiplie les projets pour Hollywood – pour la plupart abandonnés – puis embrasse ostensiblement le marché: ouverture d’un musée et d’un bar en Gruyères, participation à la conception de jeux vidéo, réalisation de pochettes d’albums, de design de montres, de mobilier… «En produisant abondamment pour l’industrie, il est devenu mainstream et s’est décrédibilisé auprès des musées, résume Patrick Gyger. Après ça, on n’a plus vu ou reconnu son génie technique, ses intuitions puissantes et l’hyper-cohérence de son travail.»

 

 

H.R Giger, Seul avec la nuit, Lieu Unique, Nantes, jusqu’au 27 août 2017. Site officiel: www.lelieuunique.com

 

 

Clicker sur la photo pour voir le panoramique ci-dessous : 

 

Note perso:  c’est vraiment une expo à voir, parmi les meilleures du Voyage à Nantes (sinon LA…meilleure, avec Entrez libre, à l’ancienne maison d’arrêt ). Attention, pour prendre des photos: il y a très peu de luminosité, donc, à moins d’avoir l’ustensile ( camera, reflex, tél….) réagissant bien dans les tons sombres (merci les ISO), ça ne donne pas grand chose.

%d blogueurs aiment cette page :