L’appartement de Cambronne – Nantes

Pendant les Journées du patrimoine et du matrimoine, j’ai réussi à visiter l’appartement du général Cambronne, celui qui n’a pas prononcé le célèbre mot (d’où le « mot de Cambronne ») et merde alors ! J’en avais parlé dans mon article . 

 

L’entrée, simple, pour faire patienter les visiteurs.

appartement de Cambronne

L’appartement, restauré à l’identique (appartement bourgeois du 18ème), est situé en plein centre de Nantes, rue Jean-Jacques Rousseau.  Voilà la porte double qui ouvre sur le salon d’apparat, le plus grand des salons. Le parquet est de type Versailles (et oui, ce genre de parquet tire bien son nom du fameux château).

Appartement de Cambronne

appartement de Cambronne

 

Les fenêtres donnent sur la rue Jean-Jacques Rousseau. On voit de grands miroirs anciens dans ce beau salon.

salon de Cambronne

Appartement de Cambronne

Salon - appartement du général Cambronne

Appartement général Cambronne

Appartement du Général Cambronne (salon)

 

A la suite du beau salon, une autre pièce se trouve en enfilade. Elle servait de chambre à coucher. A présent, elle sert de « petit salon » et  de salle de réception pour des événements ponctuels (entreprises ou particuliers).  Au-dessus des portes, les peintures (ici, l’amour), sont des restaurations de celles qui se trouvaient à l’époque de Cambronne.

Appartement de Cambronne

 

salon

 

Tableau ajouté (et fait) par le gérant qui est restaurateur de peinture

Chambre de Cambronne

 

Gel hydro-alcoolique et lampe de Cambronne 🙂

Appartement du général Cambronne

tapisserie dans la chambre

 

 

Puis, on a fini  la visite par la plus petite pièce, assez cosy. Nous étions un peu serrés, je dois dire et je suis revenue à la fin faire des photos (pas très envie de me faire compresser dans une pièce quand autant de gens ne portent pas leurs masques et qu’ils toussent, se mouchent et éternuent !)

Un petit salon qui devait servir de salle à manger. 

Appartement de Cambronne

Appartement du général Cambronne (salle à manger)

C’était vraiment une visite intéressante, où on n’a pas évoqué tant que ça le général Cambronne.
J’ai envie de dire : « tant mieux », je ne suis pas très  fan du 1er Empire. D’ailleurs, il vaut mieux éviter de me parler de Napoléon, en général ; en grande partie, je lui reproche non seulement un esprit guerrier et colonialiste, la restriction du divorce et le recul des droits des femmes  avec la promulgation du  Code Civil napoléonien de 1804  et évidemment, d’avoir  rétabli l’esclavage alors qu’il avait été aboli en 1794. (il avait été complètement aboli en Guadeloupe et en Guyane et est rétabli en 1802 ; il faudra attendre 1848 pour l’abolition complète.)
Donc les généraux de Napoléon, hein…
Mais  je trouve toujours passionnant d’en apprendre plus. De plus,  un appartement de cet époque, aussi bien entretenu, ce n’est pas courant.

Publicité
%d blogueurs aiment cette page :